Rencontre avec la presse

Hier, le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Porte-parole du gouvernement, Mahamane Baby, a rencontré la presse pour donner un peu plus de détail sur cette décision de la Prorogation des mandats des organes des collectivités territoriales.

Selon lui, cette prolongation des mandants des conseillers des collectivités territoriales est principalement motivée par le respect des recommandations issues des Etats généraux de la décentralisation tenus du 21 au 23 octobre 2013 et des Assises nationales sur le nord du 2 au 3 novembre 2013 ainsi que le retour amorcé des déplacés et des refugiés de guerre dans leurs localités. 

« Ces rencontres nationales ont regroupé l’ensemble des acteurs de la Nation Il y a eu des recommandations dans le sens de la réconciliation nationale, dans le sens des élections inclusives. Comme vous le savez, les élections municipales sont des élections de proximité. Elles concernent chaque hameau, chaque fraction, chaque village et touchent vraiment l’électorat dans son ensemble. Donc en tenant compte de cette volonté du peuple malien d’aller vers des élections inclusives que le gouvernement, lors du Conseil des ministres du mercredi dernier, a décidé de répondre à ce souhait en prorogeant les mandats des organes des collectivités territoriales pour 6 mois à compter du 27 avril 2014. Voilà ce qui a prévalu à cette décision que nous avons prise », a-t-il détaillé.
En réaction aux questions des journalistes, le ministre a indiqué que la préoccupation du gouvernement est d’organiser des élections qui puissent avoir la participation de l’ensemble des fils du pays. Selon lui, la prorogation du mandat ne veut pas dire limitation des prérogatives, ce qui veut dire que les conseils communaux, les conseils de cercle, les conseils régionaux et le conseil du District de Bamako vont continuer à exercer la plénitude de leurs compétences.

Le ministre Baby a aussi précisé que cette décision du gouvernement n’a rien à avoir avec le début des pourparlers avec les groupes armés qui sévissent dans le nord du pays. Il a répété que la motivation première est que le gouvernement a décidé de respecter des recommandations issues des états généraux de la décentralisation et des Assises nationales sur le nord qui ont vu la participation de l’ensemble des sensibilités du pays. A cela s’ajoute le retour des déplacés et des réfugiés.