Partenariat MEFPJCC-FAO : Insertion professionnelle et résilience à l’honneur

La salle de conférence du Ministère de l’Emploi, de la Formation Professionnelle, de la Jeunesse et de la Construction Citoyenne a abrité, ce vendredi 19 février 2016, la signature d’accord de convention entre les deux (02) parties.

C’est le Ministre Mahamane BABY qui a apposé sa signature au bas du document, au nom du Gouvernement du Mali ; alors que c’est Mme Fatima Djama SEID qui s’est acquittée de cette tâche pour le compte de la FAO dont elle est par ailleurs la Représentante dans notre pays.

Cette convention marque, selon cette dernière, le point de départ d’une longue et fructueuse collaboration entre la FAO et le MEFPJCC, tant les deux parties ont les mêmes préoccupations sur la question de l’emploi en général et celui des jeunes ruraux en particulier, comme on peut le constater dans l’intitulé même de l’Accord : « Contribution à l’insertion professionnelle et au renforcement de la résilience des jeunes ruraux en milieu rural ».

La signature de cet Accord de projet, a noté avec satisfaction Mme Fatima Djama SEID, se tient au lendemain même du lancement, à New-York,  le 1er février 2016, de l’initiative de l’ONU sur l’emploi décent pour les jeunes, dont un important volet est axé sur la promotion des possibilités d’emplois en faveur des jeunes dans l’agriculture et l’économie rurale.

En effet, a-t-elle cité sa collègue Directrice adjointe de la Division de la protection sociale de la FAO, « la pauvreté et la faim ne peuvent pas être éradiquées sans se préoccuper de l’insuffisance, au plan mondial, des opportunités et des conditions d’emploi offertes aux jeunes, surtout aux jeunes femmes et, notamment, celles qui vivent dans les zones rurales ».  

C’est également la conviction du Gouvernement du Mali qui attache, a soutenu le Ministre BABY, une grande importance à la question de l’emploi des jeunes qui représentent un des piliers essentiels de la lutte contre la pauvreté et pour l’amélioration du niveau de vie des populations.  

Pour ce faire, le Gouvernement malien a ainsi misé sur le monde rural qui constitue, selon lui, un des plus grands secteurs potentiels qui soient pourvoyeurs d’emplois et capables de faire face avec efficacité à la crise de l’emploi.

Le Gouvernement est en mesure de relever ce défi à travers la mise en œuvre de projets et programmes majeurs parmi lesquels, a-t-il cité : le Projet de Formation Professionnelle, Insertion et  Appui à l’Entrepreneuriat des Jeunes Ruraux (FIER); le Projet d’Amélioration de la Compétitivité des Entreprises par la Formation (ACEFOR), destiné à des entreprises maliennes dans le domaine agricole ; le Projet de Développement des Compétences et Emploi des Jeunes (PROCEJ), pour contribuer à l’amélioration de l’éducation et de l’emploi des jeunes, mais aussi, au financement des entreprises des jeunes.

La signature de cet Accord de Projet s’effectue dans le cadre du Programme Indicatif de Coopération 3 (PIC 3) du Grand-duché de Luxembourg avec le Mali, dont la formulation, qui vient de s’achever, donne lieu à la mise en œuvre de ce projet dédié principalement à l’emploi des jeunes ruraux, a précisé le Ministre qui a exprimé la gratitude du Mali et des bénéficiaires en particulier envers la FAO et le Grand-duché de Luxembourg.

Le projet s’appuie, s’est en effet réjoui le Ministre, sur un budget de 1 635 000 Dollars US (980 337 000 FCFA), entièrement fourni par le Grand-duché de Luxembourg, et il interviendra justement dans la Zone de concentration Sud du PIC3, notamment la Région de Ségou (cercle de San) et la Région de Sikasso (Cercle de Yorosso).

A signaler que la signature de cet accord est la suite logique de celle qui est intervenue à Rome, le 28 décembre 2015, entre la FAO et le Grand-duché de Luxembourg.

Source : CCOM MEFPJCC